3AISM

Association amicale des anciens de l'ISM

  • Table des matières

    Une Vieille Dame : L’Association Amicale Des Anciens Élèves De L’institution Ste Marie (1878/1888)

    Introduction À L’histoire De L’Institution Ste Marie

    La Capucinière (1621)

    Les Frères Maristes

    Haro Sur Le Collège ! (1851)

    La Chapelle De L’Institution Ste Marie (1862/63)

    Prosper Daniel (1839-1908)

    Henri Daniel (1850-1916)

    Les congrégations religieuses féminines au service de l’Institution Ste Marie de La Seyne

    Augustin Le Valeureux Domestique (1865)

    Léonce Rimbaud (1862-1936)

    Marius Tholance (1866-1923)

    L’empoisonnement (1872)

    Séculari Saeculorum “Amen” (vers 1880)

    François Rimbaud (1893-1915)

    À Propos De La Loi De Séparation Des Églises Et De L’état…Le Cas Des Soeurs Trinitaires (1902/1903) : l’Annus horribilis

    1914 : L’I.S.M Est Réquisitionnée Comme Hôpital Militaire Complémentaire 

    Le couvent de la Présentation : le plan B

    1922 : L’établissement Des Maristes De La Seyne Sur Mer Mis Aux Enchères Publiques

    “Notre-Dame De Mar-Vive”

    Gabriel Allard (1926-1991)

    Rivière De La Souchère (1926-1939)

    Le Parc De L’Institution Ste Marie

    Les Cabinets

    Le Scoutisme À L’Institution Ste Marie

    La Vie À L’internat Au Siècle Dernier

    La Fête Au Bahut

    L’école Ste Thérèse

    Les reliques conservées à Ste Marie de La Seyne sur Mer


  • Les reliques conservées à Ste Marie de La Seyne sur Mer

    Inventaire :

    Un fragment de la colonne de la Flagellation, de la Sainte Croix du Christ, et des reliques de capucins, d’un jésuite et d’un théatin…

    St Félix de Cantalice

    La thèque contient une relique provenant des os de St Félix de Cantalice*, frère mineur capucin, canonisé par l’Église catholique.(né en 1515 à Cantalice (Latium, Italie), mort à Rome le 18 mai 1587).  Premier saint de l’ordre des Frères mineurs capucins, il est représenté avec comme attributs une besace parce qu’il était  frère quêteur, surnommé frère “Deo gratias“, (« je rends grâce à Dieu ») car c’était sa réponse permanente à tous, qu’ils lui donnent l’aumône ou bien le repoussent. Lui-même se décrivait comme « l’âne des Capucins ». Son corps repose sous l’autel d’une chapelle qui lui est dédiée, dans l’église Notre-Dame de la Conception des Capucins, à Rome.

    Reliques sacrées des os de St Félix de Cantalice, authentifiée par Mgr Joseph CASTELLANI évêque de PORPHYRIE (Liban)
    St. Felix de Cantalicio avec sa besace (par Rubens Coll. privée)
    Carlo Ceresa : The Vision of St Felix of Cantalice. Chiesa San Giorgio Martire, Nese

    Colonne de la Flagellation du Christ

    Particule sacrée de la Colonne sur laquelle les soldats romains ont fait subir les outrages de la flagellation et du couronnement d’épines au Christ.
    Authentifiée par le vicaire capitulaire Andréas Ulli de la cathédrale Saint-Rufin (= La cathédrale d’Assise) du 24 octobre 1889

    Saint Paul de la Croix

    St Paul de La Croix* : Prêtre italien, mystique et ardent prédicateur de la Passion du Christ, fondateur de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ ((les “Passionistes“).

    Don de Antonius As. Jacobo, Supérieur général de la Compagnie de Jésus, Jésuite comme le pape François (le premier pape issu de l’ordre religieux). 1859

    Saint  André Avellin

    Particule sacrée des os de St Andréas Avellini, don de Mgr Joseph CASTELLANI évêque de PORPHYRIE (Liban)

     Andréa Avellino*, prêtre catholique de l’ordre des Théatins, vénéré à Naples (basilique San Paolo Maggiore)

    Saint Benoît-Joseph Labre

    Pèlerin mendiant français qui parcourut les routes d’Europe, patron des sans-abri, saint Benoît-Joseph Labre appartient au Tiers-Ordre franciscain, une association pieuse laïque fondée par St François d’Assise.

    17 avril 1861

    Constantinus miseratione divina
    Episcopus Portuensis et S.Rufinae
    S.R.Ecclesia Gard.Patrizi
    sacrosanctae patriarchalis basilicae liberianae archipresbyter
    SSMI DNI NRI PAPAE VICARIUS GENERALIS
    romanae curiae ejusque districtus judex ordinarius etc.
    Constantin par la miséricorde de Dieu
    évêque de Porto et S.Rufinae  ( un des sept diocèses suburbicaires immédiatement voisins de celui de Rome)
    S.R.Ecclesia Gard.Patrizi
    basiliques patriarcales sacro – saints LIBERIANAE arc
    SSMI DNI NRI pape vicaire général de
    la curie romaine et son juge de district ordinaire, etc

    Universis, et singulis praesentes literas inspecturis fidem facimus, et attestamur, Nos ad majorem Omnipotentis Dei gloriam, suarumque Sanctorum venerationem recognovisse sacras particulas Ex indumentis Béati Benedicti Josephi Labre. Pour tous et chacun des présentes lettres, nous croyons, attesteront, nous avons le plus grand souverain la gloire de Dieu, et de leur vénération est d’être reconnu comme les particules sacrées, venant des vêtements du béatifié Saint Benoît-Joseph Labre.

    San Benedetto Giuseppe Labre (Cavallucci)

     quas ex authenticis locis extractas reverenter collocavimus in theca argentea ovalis figuerae univo crystallo munita bene clausa, et funiculo serico coloreis rubri colligata, ac sigillo nostro signata, easque consignavimus cum facultate apud se retinendi, aliis donandi, extra Urbem trnsmittendi, et in quacumque Ecclesia, Oratorio , aut Cappella publicae Fidelium venerationi exponendi. In quorum fidem has literas testimoniales manu nostra subscriptas, nostroque sigillo firmatas per infrascriptum Sacrarum Riliquiarum Custodem expediri mandavimus.

    que nous avons extraits de morceaux authentiques, nous avons respectueusement placé dans une boîte ovale en argent et bois de figuier , bien fermée, protégée par un monocristal, et attachée avec un cordon de soie de couleurs rouges, et scellée de notre sceau, et nous avons déposé leur avec la faculté de les garder avec nous, de les donner à d’autres, de les envoyer hors de la ville, et dans toute église, oratoire ou chapelle publique pour le culte des fidèles. En la foi de qui nous avons envoyé ces lettres de témoignage, signées de notre main et scellées de notre sceau, par le soussigné Conservateur des Saintes Reliques.

    Ce type de relique de 2e classe car “Ex indumentis”, c.à.d venant de l’habillement du saint peut être obtenu le plus souvent gratuitement. (d’où la mention gratis au bas du certificat) 

    Il faut préciser que Benoît-Joseph Labre par esprit de mortification, avait fait  vœu de ne jamais se laver. Il est mort à trente-cinq ans “en odeur de sainteté”…

    Reliques de Capucins

    19 août 1853

    Fr carolus felix a mediolano causarum servorum dei ordinis minorum  S. francisci capuccinorum postulator generalis Fr. Carolus Félix de Milan, postulateur général de la cause des serviteurs de Dieu de l’ordre mineur de Saint François des Capucins

    universis has literas inspecturis testor me e locis authenticis extraxisse particula En examinant toutes ces lettres, j’atteste avoir extrait des fragments authentiques…

    …des cendres de St François d’Assise* (le fondateur de l’ordre des Frères mineurs)  et de Saint Joseph de Leonessa* (prêtre de l’Ordre des Mineurs Capucins,  italien, prédicateur et missionnaire), des particules d’os de Saint Fidèle de Sigmaringen* et de Saint Laurent de Brindisi* ( un docteur de l’Eglise), du bienheureux Bernard d’Offida*, Ange d’Acri* , un fragment de la ceinture de St Félix de Cantalice, du cilice de Saint Séraphin d’Ascoli* (encore des capucins), un morceau du voile de Ste Véronique Giuliani* ( gloire féminine de l’Ordre des Capucins), un fragment de vêtement et d’os de Saint Bernard de Corleone*, et contrairement à l’habitude du béatifié Crispin de Viterbe* (il sera canonisé en 1982), tous de l’ordre des capucins.

    Le même certificat, celui-ci daté du 1er octobre 1853 avec la précision qu’il s’agit d’un fragment du manteau (Pallio) de St François d’Assise

    Capucins

    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.27.54
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.26.44
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.10.20
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.13.40
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.19.35
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.16.13
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.20.58
    Ange d'Acri
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.18.25
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.24.46
    Capture d’écran 2024-04-21 à 09.27.54 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.26.44 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.10.20 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.13.40 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.19.35 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.16.13 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.20.58 Ange d'Acri Capture d’écran 2024-04-21 à 09.18.25 Capture d’écran 2024-04-21 à 09.24.46

    Sainte Croix du Christ

    Fragment de bois de la Sainte Croix du Christ

    Ludovicus Jacobus Mauritius miseratione divina et sanctae sedis apostolicae auctoritate, Tituli SS Trinitatis in Monte Pincio S.R.E Presbyter Cardinalis de Bonald, archiepiscopus Lugdunensis et Viennensis, Galliarum Primas, etc.

    Louis-Jacques-Maurice de Bonald, par la miséricorde divine et par l’autorité du saint-siège apostolique, du titre de SS Trinité du Mont Pincio (L’église de Santa Trinita dei Monti à Rome) SRE de la Sainte Eglise Romaine Cardinal-Presbytre de Bonald, archevêque de Lyon et de Vienne, Primat des Gaules, etc.

    Suite et fin ?

    Autres objets dignes d’intérêt :

    Accompagnant ces reliques et leur certificat, une lettre manuscrite de l’émissaire (“Mille”?) envoyé par son révérend père, chargé de se faire donner ces reliques par l’Archevêque d’Aix, datée du 10 mars 1855…

    Mon Révérent Père…

    IMG_3841
    IMG_3842
    IMG_3843
    IMG_3841 IMG_3842 IMG_3843

    Ainsi qu’un certificat (sans la thèque qu’il était censé authentifier) daté de 1832, émanant de Jean Paul Gaston de Pins, évêque, Administrateur apostolique du diocèse de Lyon (et de Vienne).

    Addendum

    Pendant l’étude et le pieux classement de ces reliques (retrouvées fortuitement dans un sac plastique au fond d’un vieux carton déchiqueté paraissant destiné à la poubelle), dans le traitement de ces certificats patiemment reconstitués (chaque parchemin pris en photo plusieurs fois, déplié précautionneusement car empaquetant sa relique depuis des années et devant être manipulé avec précaution), soudain une apparition…

    …cette règle en bois qui me servait d’appui dont je n’avais absolument pas remarqué l’inscription celle d’un élève de seconde division année 1906/1907 ! Comme un clin d’oeil plus de cent ans après ! L’histoire ne dit pas (encore) s’il a été béatifié…

    Nota bene :

    Il existe un commerce de ces objets pieux sur les sites marchands, de quelques centaines à quelques milliers d’euros (WorthPoint, Abebooks.fr, catawiki, eBay, Drouot). Concernant les reliques comme celles-ci on peut y lire que depuis le Concile  de Trente, toutes les reliques, pour la vénération publique, doivent être accompagnées d’un certificat d’authenticité. La relique autorisée à la vente contient un objet de dévotion, autre que le corps, sacré pour l’Église catholique, donc “de deuxième classe”, un morceau de roche ou de textile. La relique est un cadeau, vous achetez la thèque et le document…

    À suivre…

    La châsse de St Victorius

    Sources

    Patrimoine ISM

    Wikipedia 

    nominis.cef.fr/contenus

    ilovetranslation.com

    PdP pour maristes-alumni.com et laseyneen1900.fr


  • L’école Ste Thérèse

    Reconstruction de l’histoire de cette école d’après différentes sources (plus ou moins) concordantes…

    D’un Tortel aux Tortel

    Résumé :

    Jean Tortel en 1682 fait don au vicaire de l’église paroissiale voisine (1) d’une maison et d’une place de maison contigüe au bas de cette rue de l’évêché pour y établir une congrégation de filles (2). L’immeuble est racheté par cette congrégation en 1876 (9). Le centenaire de cette école a été fêté en 1976.

    Les soeurs trinitaires* au service des Maristes logeaient là depuis la laïcisation de l’hôpital qu’elles durent quitter en 1870.(6)

    Cette congrégation était présente à La Seyne depuis 1842 date à laquelle, ayant reçu une indemnité de 400 francs pour l’année votée par le conseil municipal du 18 mai 1841, elles sont autorisées à ouvrir une école rue de l’hôpital (actuelle rue Clément Daniel) “pour élever les jeunes demoiselles”, et à soigner les indigents à l’hôpital. Leur dévouement sera exemplaire lors de l’épidémie de choléra de 1865.

    En 1878 les frères Maristes* chassés de leur école communale voisine attenante à l’église (4), s’y installent, y pratiquent l’enseignement scolaire jusqu’en 1883 puis ils laissèrent la place aux soeurs de la congrégation. 

    Les soeurs trinitaires furent chassées de la ville en 1903 (8). L’école fonctionna ensuite en tant qu’institution de jeunes filles, puis elle devint mixte jusqu’à sa fermeture (9) pour déménagement en 2009 chemin Aimé Genoud à … Tortel ! (“aux Tortel” devrait-on dire).

    1-D’après « L’enseignement à La Seyne », Cahiers du Patrimoine Ouest varois n°14 2011

    Sous l’ancien régime il y eut quelques tentatives vite vouées à l’échec pour installer une ou plusieurs écoles.

    Jean-Pierre Daniel (1656-1709) ancien curé de La Seyne fondait une école de jeunes filles qui se situait rue de l’evêché au n°12 de l’actuelle rue d’Alsace, (on peut toujours voir la belle demeure de plus de 150 ans qui abrita jusqu’en 2008 l’école Ste Thérèse). 

    2-D’après « Congrégation de filles rue de l’église », manuscrit de Maître Jean Denans : L’ Histoire de La Seyne  (1708-1713) 

    Messire Jean-Pierre Daniel, vicaire perpétuel de l’église paroissiale de la Seine, (le quatrième après Barthélémi Guigou, Honoré Christin puis Silvestre Portanier), ayant fait dessein d’établir audit la Seine une congrégation de filles, pour y parvenir, à sa sollicitation, par acte reçu par Me du Val, notaire, le 27 avril 1702, Jean Tortel (à feu Laurent, marchand dudit lieu, aurait donné de sa libre volonté une place de maison ou jardin dans l’enclos dudit lieu, et à la rue de l’église (rue d’Alsace actuelle), tirant au couvent des pères capucins, avec tous ses droits et appartenances dûment désignés par ledit acte, pour, sur icelle, y bâtir et édifier une maison, soit par le sieur vicaire ou autre, pour l’établissement de ladite congrégation, à laquelle toutes les filles agrégées en icelle, tous les jours des fêtes et dimanches, et autres, (de ce) qui sera trouvé nécessaire, elles pourront s’y assembler à perpétuité, et pour toutes les oeuvres pieuses qui seront trouvées nécessaires pour la plus grande gloire de Dieu, (et ce) qui sera trouvé convenable par le sieur vicaire et ses successeurs, le tout pour le bon plaisir de monseigneur l’évêque de Toulon, sans que ledit sieur Tortel puisse prétendre aucun paiement du prix d’icelle. Et, parce que la place de maison, que (possèdent) Isabeau Danielle et Françoise Turrelle, contiguë de la susdite du côté du levant, avait été vendue (précédemment) par ledit Tortel à feue Suzanne Bonardelle, par acte reçu par Me Denans, notaire, le 27 avril 1682, au prix de 150 livres et sur laquelle ladite feue Bonardelle y avait fait bâtir une maisonledit Tortel a quitté et déchargé lesdites Danielle et Turelle du prixde la susdite place, tant en principal qu’en intérêt, en considération de quoi, ladite Danielle, présente audit acte, assistée de Pierre Daniel, son père, tant à son propre (nom) que pour et au nom de ladite Turelle, a consenti et permis, à perpétuité, que les soeurs du tiers ordre de Saint Dominique s’assemblent tous les jours de fêtes et dimanches dans ladite maison pour y tenir leur congrégation de la même manière que lesdites soeurs avaient accoutumé de faire du vivant de ladite feue Bonardelle, et tout ainsi qu’elles ont fait jusqu’à présent, sans que lesdites Danielle et Bonardelle puissent prétendre aucune indemnité desdites sœurs, ni d’aucun autre.

     Suivant les termes duquel acte la congrégation des filles est entièrement indépendante de celle des soeurs du tiers ordre de Saint Dominique, n’y ayant rien de commun entre elles puisque les lieux de leurs assemblées sont séparés et très bien spécifiés par le susmentionné acte. 

    (Vu acte de mariage 28 juillet 1711 de Jean Tortel 60 ans, bourgeois, fils de feu Laurens et de Magdalène Sabatier et veuf de Catherine Imbert avec Mlle Elisabeth Bonnegrace 30 ans fille de François et de Marie Claire Fournier et veuve de Jean Gautier) 

    …….

    22 décembre 1845 : Ouverture de la première école maternelle à La Seyne dite “salle d’asile” rue de la miséricorde (suite à l’ordonnance royale du 22 décembre 1837 accordant aux asiles le statut de maisons d’éducations au lieu de simples refuges de la petite enfance).

    En 1850, la loi Falloux impose aux communes de plus de 800 habitants d’ouvrir des écoles primaires pour filles. Payant et non obligatoire, l’enseignement ne concerne que les jeunes filles bourgeoises, et est surtout pris en charge par des religieuses. Elle complète la loi Guizot de 1833, qui rendait obligatoire une école de garçons dans toute commune de 500 habitants.

    3-Selon Louis Baudoin, “Les établissements Maristes à La Seyne-sur-Mer (Var)” 1963 : 

    En novembre 1852, quatre frères Maristes* furent envoyés à La Seyne et une école s’ouvrit, attenante à l’église paroissiale, suite à la requête faite au supérieur général des petits frères de Marie, appuyée par le maire de la ville, Antoine Léonard Barry, et par le R.P. Eymard supérieur du nouveau collège des Maristes.S’en suivirent des périodes de soutien indéfectible ou d’antagonisme féroce de la part des municipalités successives. (Voir Les frères Maristes*)  L’établissement des frères Maristes de la rue de la Miséricorde fermera ses portes en 1882.

    En 1876 La Seyne comptait 9600 h dont un millier d’enfants scolarisés dans 8 classes confessionnelles et 5 laïques.

    4-D’après les cahiers du Patrimoine Ouest varois n°14 :

    Le 1er juin 1878 les frères Maristes se virent contraints d’abandonner cette école communale pour se réinstaller (en septembre 1878) dans l’établissement libre dans la rue de la Miséricorde qu’ils modernisent et qu’ils cédèrent vers 1890 suite à  des difficultés financières aux soeurs de la congrégation Ste Thérèse qu’elles transformèrent en école libre de jeunes filles. (en fait probablement les soeurs trinitaires, une congrégation féminine enseignante et hospitalière, car la congrégation Ste Thérèse n’est pas enseignante et L’établissement des frères Maristes de la rue de la Miséricorde fermera ses portes en 1882..) 

    5-Selon Marius Autran, “L’enseignement privé” :

    Le bâtiment du 12 rue d’Alsace où l’école a très longtemps fonctionné était une propriété appartenant à Bernard Pierre Lacroix, Maire de La Seyne de 1866 à 1869 . Il fut acheté en août 1876 (?) par trois sœurs trinitaires pour y faire fonctionner une école de jeunes filles avec un pensionnat qui pouvait recevoir une cinquantaine d’élèves. 

    6-Selon Louis Baudoin en 1965 :

    L’école libre (les immeubles) Ste Thérèse a succédé à l’établissement des soeurs trinitaires qui fut dirigé après 1870 par les soeurs de cette congrégation enseignante qui avaient dû quitter l’hôpital de la ville laïcisé.

    7-D’après les archives de Ste Marie :

    1902 : 14 soeurs trinitaires* sont logées au 10 et au 12 de la rue d’Alsace depuis la laïcisation de l’hôpital de la ville en 1870. Elles sont employées à l’ Institution Ste Marie depuis 1851. Elles étaient employées à l’ Institution Ste Marie* depuis un demi siècle (1851 précisément ) aux services de la cuisine, de l’infirmerie, de la lingerie et de l’ouvroir. 

    Les cuisines de Ste Marie

    Bien que faisant pourtant partie d’une congrégation autorisée, elles eurent quand même droit à un « régime de faveur » : 

    8-Aux archives.la-seyne.fr/documents-numerises/registres-de-deliberation :

    Le 4 janvier 1902 : le conseil municipal, à l’unanimité moins une voix (celle du maire Julien Belfort qui lui, déplorait seulement les pertes financières qui s’en suivraient pour la commune), prend la délibération suivante :

    « Considérant que les congrégations dans leur ensemble sont immorales, qu’elles représentent l’exploitation du faible par le fort, qu’elles cachent des objectifs coupables, qu’elles constituent un dissolvant dans le pays, qu’elles reçoivent des ordres de l’étranger, le conseil municipal de La Seyne demande que le gouvernement leur refuse, non seulement les démarches qu’elles exposent, mais encore qu’il fasse procéder à leur expulsion dans la limite du possible » (Archives municipales de La Seyne)

    Lors de cette même session, cette congrégation est jugée tellement dangereuse que, nonobstant les tâches qu’elles remplissaient en faveur de la population et le rôle qu’elles avaient joué en 1865 lors de l’épidémie de choléra, on se mit d’accord sur le fait qu’« il y a lieu de sacrifier les intérêts de la ville en faveur de ceux du pays »

    Leur expulsion de La Seyne fut effective le 31 juillet 1903. 

    Tandis qu’au n°6 :

    1904
    Cours privés pour adultes

    Alors qu’au n°12 :

    Plus tard l’école “Grimaud », institution de jeunes filles, du nom de la directrice, 12 rue d’ Alsace, puis Mlle Bolliet,…

    Cet établissement deviendra l’école libre de jeunes filles Ste Thérèse puis l’École primaire privée mixte Sainte-Thérèse qui fonctionnera jusqu’en 2008.

    Plus tard l’école “Grimaud”du nom de la directrice, 12 rue d’ Alsace, puis Mlle Bolliet

    9-Sur Var Matin 29 mars 2024 :

    Mme Isabelle Renier en était la directrice de 1974 à 1991. La petite école accueillait beaucoup d’enfants de commerçants et de militaires.

    La ville racheta 650 000 euros les locaux en 2009 à l’Association Immobilière Provençale (l’institution Ste Marie).

    Un projet d’acquisition-rénovation est lancé…

    Sources

    L’enseignement à La Seyne, Cahiers du Patrimoine Ouest varois n°14 2011 

    Congrégation de filles rue de l’église, manuscrit de Maître Jean Denans : L’Histoire de La Seyne  (1708-1713) 

    Louis Baudoin, Les établissements Maristes à La Seyne-sur-Mer (Var) 1963  

    Marius Autran, L’enseignement privé

    Louis Baudoin en 1965, Histoire générale de La Seyne sur Mer

    Archives de Ste Marie 

    archives.la-seyne.fr/documents-numerises/registres-de-deliberation 

    Var Matin mars 2024 

    Geneanet

    Wikipedia

    PdP pour 3aism.fr et laseyneen1900.fr


  • Assemblée générale


  • Les congrégations religieuses féminines au service de l’Institution Ste Marie de La Seyne

    -Les Sœurs Trinitaires de Valence au Collège :1851-1903

    Cette congrégation était présente à La Seyne depuis1842 date à laquelle, ayant reçu une indemnité de 400 francs pour l’année votée par le conseil municipal du 18 mai 1841, elles sont autorisées à ouvrir une école rue de l’hôpital (actuelle rue Clément Daniel) pour élever les jeunes demoiselles et à soigner les indigents à l’hôpital. Leur dévouement sera exemplaire lors de l’épidémie de choléra de 1865.

    1851 : Le collège de La Seyne est un pensionnat en pleine expansion, il doit de ce fait nourrir, loger, blanchir et soigner les élèves qui lui sont confiés. L’éloignement des familles, les difficultés de transport font que les élèves ne quittent le collège que pour les congés les plus longs ( Noël ) et certains seulement pour les grandes vacances.

    A l’ouverture de l’établissement, les Pères avaient décidé, non sans discussions, de se passer du personnel féminin et de confier les tâches matérielles à deux frères maristes, certains travaux comme ceux de la lingerie étant réalisés à l’extérieur. Cette situation n’est plus tenable. Les effectifs pour l’année 1851 sont compris entre 120 et 140 élèves. Il faut organiser l’intendance de la maison de façon plus rationnelle. On choisit alors de faire appel pour la direction et l’exécution des tâches matérielles du collège à des religieuses, solution aussi pratique que peu onéreuse”. 

    Le collège des RR.PP 1843-1983

    En 1851 les Religieuses Trinitaires viennent d’être appelées en renfort pour gérer l’infirmerie, la cuisine, la lingerie et les dortoirs. La Société de Marie s’oriente dorénavant vers deux objectifs distincts : l’éducation de la jeunesse à La Seyne et les missions. Le R. P. Millot, part à Toulon fonder la Résidence du Bon Pasteur pour les missionnaires.

    Infirmerie, dortoir, chapelle

    IMG_3632infirmerie
    Capture d’écran 2019-11-03 à 18.17.27
    IMG_3632infirmerie dortoir
    Capture d’écran 2020-05-08 à 17.28.52A
    Capture d’écran 2020-05-08 à 17.17.41
    IMG_3632infirmerie Capture d’écran 2019-11-03 à 18.17.27 IMG_3632infirmerie dortoir Capture d’écran 2020-05-08 à 17.28.52A Capture d’écran 2020-05-08 à 17.17.41

    On se tourne alors vers les Religieuses Trinitaires de Valence présentes à La Seyne depuis 1842 (externat et pensionnat ). Un accord est conclu le 14 septembre 1851 entre le Père Eymard, supérieur du collège et la Supérieure Générale Soeur Lucie Buis. Le contrat prévoit l’envoi de cinq religieuses au collège ( 2 de chœur et 3 converses).

    Elles seront chargées de la surveillance et du service de la cuisine, ” du soin et de l’arrangement de la lingerie ” de ” l’infirmerie des élèves et de quelques soins à donner aux plus jeunes pour la propreté et la santé “.

    *Les sœurs trinitaires de Valence, ordre fondé en 1660, œuvrent dans les écoles, orphelinats, cliniques, dispensaires et maisons de retraite.

    Elles travaillent dans l’établissement mais leur présence est discrète, le contrat prévoit :

    Qu’il leur sera fourni un nombre suffisant de pièces, pour le service qu’elles auront à faire, lesquelles pièces seront entièrement séparées du reste de le maison et n’auront que les communications nécessaires à l’exercice de leurs emplois “Elles sont pour ainsi dire cloîtrées dans une partie du collège. Les religieuses sont nourries, blanchies au frais du collège. Elles n’y résident pas et rejoignent chaque soir leur communauté à l’hospice de la Seyne.

    Une des sœurs de chœur est nommée directrice des religieuses servant au collège, elle est donc placée pour le temporel sous l’autorité du Supérieur ou du Père Econome, lesquels lui notifient les travaux à réaliser, ” mais les recommandations …. à faire pour les divers emplois, ne seront transmises aux sœurs que par l’intermédiaire de la Directrice, qui pourra seule distribuer les ouvrages et régler les emplois

    La présence des sœurs, remise en question un temps en 1858* sera maintenue. Il semble que dès cette date on envisage de loger les religieuses au collège. Le Père Favre supérieur général des Maristes écrit à la Supérieure générale des religieuses : ” le Père Provincial qui a été obligé de descendre à La Seyne pour les nouveaux bâtiments s’entendra avec le Père Denis pour le logement des soeurs ” 

    Le collège des RR.PP 1843-1983

    1865 : Les soignants para médicaux et les aidants sont les religieuses de la Présentation, de Mouissèque, ainsi que les dames trinitaires de la rue de l’Hôpital. La rue de l’Hôpital (parce que justement s’y tenait dès le XVIIIe siècle l’Hôtel-Dieu tenu par des soeurs trinitaires) s’appelle aujourd’hui rue Clément Daniel, nom attribué dès son décès par le conseil municipal présidé par Saturnin Fabre le 24 février 1891 à celui qui en fut le médecin-chef bénévole pendant 47 ans,

    1865 lors de l’épidémie de choléra,…..Les religieuses Trinitaires du collège qui, au nombre de douze, s’étaient dévouées jour et nuit au chevet des moribonds dans les ambulances, sortirent toutes de l’épreuve saines et sauves tandis que deux de leurs soeurs attachées au service de l’hospice payaient leur dévouement au prix de leur vie. Cette protection signalée de notre Bonne Mère sera, pour ses enfants, un puissant motif de travailler avec une nouvelle ardeur, à faire régner l’amour de Dieu”. (Père Bouvet) 

    Institution Sainte-Marie 1849-1949

    1902 : Les 14 soeurs trinitaires* sont logées au 10 et au 12 de la rue d’Alsace (qui deviendra l’école libre de jeunes filles Ste Thérèse) depuis la laïcisation de l’hôpital de la ville en 1870. Elles sont employées à l’ Institution Ste Marie depuis un demi siècle (1851 précisément, l’administration de Sainte Marie se composait alors du R.P. Eymard, Supérieur, du P. Revel, Préfet des Classes, du P. Lafay, Directeur) aux services de la cuisine, de l’infirmerie, de la lingerie et de l’ouvroir, bien que faisant pourtant partie d’une congrégation autorisée, eurent quand même droit à un « régime de faveur » : 

    Le 4 janvier 1902 : le conseil municipal, à l’unanimité moins une voix (celle du maire Julien Belfort qui lui, déplorait seulement les pertes financières qui s’ensuivraient pour la commune), prend la délibération suivante :

    « Considérant que les congrégations dans leur ensemble sont immorales, qu’elles représentent l’exploitation du faible par le fort, qu’elles cachent des objectifs coupables, qu’elles constituent un dissolvant dans le pays, qu’elles reçoivent des ordres de l’étranger, le conseil municipal de La Seyne demande que le gouvernement leur refuse, non seulement les démarches qu’elles exposent, mais encore qu’il fasse procéder à leur expulsion dans la limite du possible ».

    Lors de cette même session, cette congrégation est jugée tellement dangereuse que, nonobstant les tâches qu’elles remplissaient en faveur de la population et le rôle qu’elles avaient joué en 1865 lors de l’épidémie de choléra, « il y a lieu de sacrifier les intérêts de la ville en faveur de ceux du pays »

    pour extrait conforme le maire etc, etc…

    Archives municipales de La Seyne

    Le 14 mai 1903, le commissaire de Police de la Seyne Pierre Pierre, assisté de son secrétaire le sieur Pierre Léon, notifie à la dame Pochon (la mère supérieure) l’ordre donné aux religieuses d’évacuer dans un délai d’un mois l’établissement et de se disperser. Sur l’intervention du Père Delaunay, le départ des religieuses est reporté au 31 juillet, afin que le collège puisse les remplacer dans les différentes fonctions.

    -Les Sœurs de Saint Joseph de Gap et l’intendance du collège : 1922-1935

    l’infirmerie

    IMG_4362colorphar
    IMG_4362colorpansem
    IMG_4362colorrécré
    IMG_4362colorphar IMG_4362colorpansem IMG_4362colorrécré

    Après le départ des religieuses Trinitaires, des religieuses belges chassées de leur pays par la guerre devaient prendre le relais pour la durée des hostilités avant de regagner leur pays. Le Père Monnier, économe, essaye de trouver des religieuses pour s’occuper des services matériels de la maison; il n’y parvient qu’au bout de trois ans. Il semble que les vocations soient moins nombreuses qu’au XIX° siècle, de plus il est probable que les religieuses préfèrent un emploi plus gratifiant ou du moins un emploi accompli dans une maison leur appartenant. 

    Les religieuses de St-Joseph de Gap ( ville où se situe leur maison mère ), sont finalement choisies pour s’occuper des tâches domestiques. Déjà implantées dans le Var, elles seront expatriées comme bon nombre de gavots (cf Vivaro-alpins) de leur montagne vers les régions côtières.

    L’Institut des Sœurs de Saint Joseph est une congrégation religieuse féminine fondée en 1650 en vue de répondre à « toutes les misères corporelles et spirituelles » de leur temps. Elles étaient 14 000 dans une cinquantaine de pays en 2017, regroupées en fédérations dont les plus importantes sont aux États-Unis et au Canada où elles sont plus de 10 000. Elles sont largement anglophones.

    La congrégation : Des petites communautés de trois à six membres se forment. Les sœurs vivent très simplement et très vite elles se sentent appelées à de multiples tâches urgentes et variées : instruction, soin des malades, éducation, visite aux prisonniers, etc. Ce dynamisme trouve sa source dans l’Évangile : c’est le Christ serviteur, pauvre et humble qu’elles veulent suivre et aimer dans leurs frères.

    Le 12 Septembre 1922 , cinq religieuses arrivent au collège : Mère Ste Foy, Première supérieure de la communauté est responsable de la dépense, Sœur Thérésa cuisinière, Sœur Marie Louise infirmière, Sœur Octavie directrice de l’ouvroir et Sœur Claudius de la lingerie. Chacune dirige un des services domestiques et a sous ses ordres plusieurs employées de maison. Le nombre n’étant pas suffisant, la maison mère envoie trois religieuses en renfort. Elles dirigent la lingerie, l’ouvroir, la buanderie, la ” ciropédie « (Atelier d’entretien des chaussures), le ” corps du balai « (Service d’entretien et de propreté) et l’infirmerie. Les soeurs vivent dans le collège, forment une communauté de six membres dirigée par une Supérieure. Une partie des bâtiments “la maison des Sœurs” leur est dévolue. Elles ont peu de contact avec les élèves et les Pères ( hormis l’infirmière.)

    Elles assistent aux cérémonies de la tribune de la chapelle, cachées des regards, elles arrivent une fois les élèves installés et repartent avant leur sortie. Six religieuses ont exercé leur supériorat sur la communauté du collège, parmi ces dernières deux d’entre elles ont accédé à des postes de direction au sein de leur congrégation : Mère Louis Stanislas ( Ollivier ) à celui de conseillère générale et Mère Marguerite-du-Sacré-Coeur ( Portal ) à celui de secrétaire générale.L’internat exige de lourdes charges en matière de personnel. Il faut nourrir, loger, blanchir les élèves. Dans l’entre deux-guerres, les cuisines emploient une dizaine de personnes. La propreté des bâtiments est du ressort du ” corps du balai. “

    La lingerie, la literie des pensionnaires, tout est lavé au collège, les vêtements abimés sont réparés sur place à l’ouvroir qui avec la buanderie et la lingerie emploient près de dix personnes. A ces services il faut ajouter ” la ciropédie “. L’infirmerie sous l’autorité d’une religieuse aidée d’une employée, comprend un dortoir d’une douzaine de lits, ainsi que cinq chambres. Les élèves y viennent prendre leurs traitements, sont soignés lors de maladie, on craint particulièrement les épidémies ( grippe, diphtérie.)

    La communauté des Sœurs joue un rôle important dans l’organisation et la gestion de la vie matérielle de l’établissement C’est une lourde charge qui laisse peu de temps libre aux religieuses si ce n’est pour une promenade dominicale ou les rares sorties du ler Mai, du lundi de Pentecôte et lors des grandes vacances du collège. En été alors que le collège est fermé, les religieuses quittent la Seyne, pour passer un mois à Gap, leur maison mère ainsi que dans leur famille. Elles apprécient ces vacances, tout comme leur place dans le collège au service de l’éducation de jeunes gens. 

    Elles font la cuisine jusqu’en 1935 date à laquelle ce service étant trop lourd, il faut les remplacer ( le collège compte alors 450 élèves, internes à 90 %, sans compter les Pères et le Personnel.) 

    AISM – Entre-Nous- Janvier 1958

    Sur l’histoire des soeurs de la Présentation voir “Le couvent de la présentation“*

    Sources

    Archives ISM :

    .Le collège des RR.PP 1843-1983

    .Institution Sainte-Marie 1849-1949

    .AISM – Entre-Nous- Janvier 1958

    Archives municipales de La Seyne


  • La salle d’archives

    Patience et longueur de temps…

    IMG_3940
    IMG_3957
    IMG_3733
    IMG_3940 IMG_3957 IMG_3733

    Armoire 1

    Armoire 2


  • Le couvent de La Présentation : le plan B

    1er Août 1914 : La guerre éclate.

    Mobilisation générale !

    l’I.S.M est réquisitionnée comme hôpital militaire complémentaire.

     Le Père Delaunay doit sortir un plan B pour accueillir les pensionnaires à la rentrée automnale…

    Seul l’ancien couvent de la Présentation, face aux ateliers de construction navale, semble être la solution mais  il est complètement délabré, resté vacant depuis l’expulsion en 1903 des religieuses qui le tenaient depuis 1859. (De plus des soldats du 111e y avaient caserné).

    Qui de nous ne se souvient d’avoir passé maintes fois, les jours de promenade, devant son mur de clôture en forme d’arc de cercle, et d’avoir admiré la belle statue de la Vierge qui domine la chapelle, et qui, les mains tendues vers les pauvres mortels, semble leur dire “Venez à moi”.

    Ce pensionnat, inoccupé depuis dix ou douze ans, contenait d’assez vastes locaux, pouvant recevoir deux cents élèves…

    La persécution religieuse en avait chassé les « Bonnes Sœurs »…

    Tout était donc à organiser dans cet immeuble situé de l’autre côté de La Seyne, en pleine campagne, près des Chantiers. 

    ici encore debout en 1947

    Le pensionnat de N.D. de la Présentation avant 1903

    Capture d’écran 2019-08-05 à 07.39.47sr
    Capture d’écran 2017-09-30 à 18.43.28SE
    Capture d’écran 2019-08-05 à 07.41.37
    IMG_1293SE
    Capture d’écran 2019-08-05 à 07.41.57
    Capture d’écran 2017-10-04 à 23.30.46SEall
    Capture d’écran 2019-08-05 à 07.39.47sr Capture d’écran 2017-09-30 à 18.43.28SE Capture d’écran 2019-08-05 à 07.41.37 IMG_1293SE Capture d’écran 2019-08-05 à 07.41.57 Capture d’écran 2017-10-04 à 23.30.46SEall

    FONDATION DU COUVENT DE « LA PRÉSENTATION » AU QUARTIER DE MOUISSÈQUE (1858) HISTOIRE DE LA MAISON (1858-1904) 

    Le chanoine Proal, vicaire général du diocèse de Digne, supérieur des religieuses de Notre-Dame-de-la-Présentation, de Manosque, étant venu à La Seyne, avait recherché dans notre commune une terre qui fût favorable à l’établissement d’un couvent destiné à s’occuper de l’éducation des jeunes filles.

    *Les Sœurs de la Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie (en latin : Congregationis a Praesentatione B.M.V), également appelées Présentines, forment une congrégation religieuse féminine enseignante, sociale et adoratrice de droit pontifical.

    Ce fut finalement l’évêque de Digne Mgr Julien Meirieu (1800-1884), à cette époque supérieur général des sœurs de la Présentation*, qui arrêta son choix sur une campagne du quartier de Mouïssèque, à l’est de La Seyne. Sous le second Empire, il existait peu d’habitations dans cette banlieue de La Seyne ; les chantiers de constructions navales ne s’y étendront que beaucoup plus tard. On n’y rencontrait guère que des jardins, de la verdure, des arbres. L’autorisation fit l’objet du décret de Napoléon III du 6 juillet 1858, daté de Plombières, sous la réserve que cette congrégation se conformerait aux statuts approuvés par ordonnance du 7 mai 1826. L’enquête de « commodo » et « incommodo » donna lieu à un procès-verbal favorable rendu le 28 juin 1857. Les bâtiments qui s’y élevèrent bientôt furent vastes et importants, comprenant chapelle, dortoirs, classes, réfectoires, offices, communs et dépendances ; l’établissement eut un grand jardin d’agrément et potager, pour la promenade des sœurs et les récréations des pensionnaires.

    Nombre de demoiselles de la bourgeoisie de la région, dont pas mal de Seynoises, sortirent de cette maison d’éducation qui fut connue assez loin à la ronde avantageusement ; d’ailleurs, l’éducation donnée y était excellente.

    Recensement de 1861 : autour de la Supérieure 11 religieuses dont 5 professeurs…

    Nous ne possédons pas, malheureusement, beaucoup de renseignements sur l’existence de cette institution libre locale. Cependant, nous savons que, pendant l’année scolaire 1882-1883, l’effectif des pensionnaires atteignit soixante-quinze à quatre-vingts unités et que la centaine fut même largement dépassée à une époque plus proche de nous.

    Ce furent les lois de 1901-1902 qui ouvrirent le chemin de l’exil à nos religieuses de la Présentation. Ce fut un dommage moral et matériel pour La Seyne, pour la Provence. Les sœurs se réfugièrent en Italie, à Bordighiera, à Vintimille où, en 1905, elles établirent une maison qui devint assez florissante et où elles jouirent de tous les avantages religieux qu’elles avaient eus en France”.

    Louis Baudoin 1965 chapitre 44

    Nous ne nous doutions pas alors qu’un jour ce “collège de filles” comme nous l’appelions si dédaigneusement, abriterait nos frères, neveux et nos fils.

    Le Père Frédéric Graly (42 ans) qui doit partir sous les drapeaux écrit ceci :

     ” À la Présentation, les travaux avancent rapidement, mais le temps pluvieux ne favorise point l’assèchement du badigeon…On a profité le mieux possible des commodités que pouvait offrir le local. La rentrée reste fixée au 3 novembre, mais il y a des difficultés à vaincre encore, que de travail à faire “…

    “Une convocation militaire me mobilise et m’oblige à tout quitter sans retard”

    Aux chantiers, la construction navale est arrêtée et la reconversion en arsenal demande du temps. Le directeur des FCM n’est autre que M. Léonce Rimbaud* qui est aussi président de l’Association des Anciens Elèves. Il va mettre à la disposition des Pères les ouvriers et le matériel nécessaires à la restauration du bâtiment.

    La rentrée scolaire

    C’est là que, dès le 4 novembre, les élèves des classes de seconde et au-dessous seront scolarisés jusqu’à la rentrée de 1919.

    L’annexe de la Présentation accueille à la date indiquée, sous une pluie battante, plus de 200 élèves du collège. Un ancien élève se souvient :

    “Des ouvriers partout : maçons, plâtriers, peintres. Un vent d’épouvante soufflait la pluie. Défoncée par les charrois, la cour était transformée en cloaque. Il fallait, pour y circuler, tendre des planches en guise de passerelles”

    Le père Delaunay meurt le 26 septembre; il n’assistera pas à la rentrée le 4 novembre.

    La rentrée fut triste, pour diverses causes. On était en guerre; il pleuvait; les locaux n’étaient pas connus; bien des choses y manquaient encore, et surtout, ah ! surtout, le bon Père Supérieur n’était plus là ! La mort, qui régnait en souveraine depuis les premiers jours d’août, l’avait fauché dans l’intervalle, lui, le pilier de l’œuvre, le phare toujours éclairé dans la nuit, le guide sûr, le conseiller modèle”.

    C’est le père Graly, sergent Frédéric Graly, qui devient le supérieur. Le Père Boissonet assurera l’intérim au collège, et l’annexe de la Présentation sera confiée au Père Jacob, puis dès octobre 1915 au Père Blondat ). 

    Les ordres de mobilisation enlèvent successivement au collège les Pères Mulsant, Watson et Baratin, (ce dernier décède lors du conflit) entraînant, de fait, de sérieux problèmes d’organisation et le vieillissement de l’encadrement, puisque dès 1915 près de la moitié du corps enseignant, religieux et laics, est parti sous les drapeaux.

    Malgré la présence de nombreux malades ou blessés des premiers mois de guerre, la rentrée eut bien lieu à la date normale, au “Grand Collège” (qui abrite l’administration générale) pour les élèves des cours de Marine et les classes du baccalauréat.

    On trouve dans les bulletins annuels de 1921 :

      “Durant ce temps, quatre-vingts de nos élèves seulement trouvaient place ici, tant la réquisition avait été draconienne. Il avait fallu les introduire avec une subtilité qui déconcerta l’autorité militaire, au point de la faire tolérante d’un état de choses qu’elle supportait mal. Pour avoir une étude on donna des chambres de maitres, qui ne pouvaient pas être réquisitionnées”. D’autres locaux trop rares étaient dans le même cas. C’est pourquoi on dormit à la bibliothèque. Le musée scientifique devint un autre dortoir.

    11 novembre 1918 : l’armistice

    Le sergent Graly démobilisé le 5 mars 1919, redevenu Père Supérieur Graly, ainsi que le Père Monier arrivé lui le 26 mars, s’employèrent tous deux pour faire cesser aussitôt l’existence de l’hôpital militaire. Ils obtinrent gain de cause et le génie militaire remit vaguement en état la maison. Dès lors, on pouvait entreprendre le déménagement de la Présentation et aménager l’Institution.

    Le plus gros du travail se fit évidemment pendant les grandes vacances et en octobre 1919, les cours complets fonctionnèrent au collège :

    la Présentation n’était plus qu’un souvenir.

    La suite ici :

    3aism.fr/1914-li-s-m-est-requisitionnee-comme-hopital-militaire-complementaire/*

    Sources

    Les soins aux blessés, aux malades et aux convalescents ; l’implication des Seynois ; l’institution Sainte-Marie et l’hôpital russe à La Seyne par Dina Marcellesi) Association pour l’Histoire et le Patrimoine Seynois : Regards sur l’histoire de La Seyne sur Mer n°15.

    Aux Maristes, un hôpital russe entre guerre et révolution par Thérèse Lépine Association pour l’Histoire et le Patrimoine Seynois : Regards sur l’histoire de La Seyne sur Mer n°18.

    Archives I.S.M

    Iconographie laseyneen1900.fr

    Institution Ste Marie de La Seyne sur Mer 1849 – 1999

    Le Collège des R.R P.P Maristes à la Seyne 1843 – 1983 

    Les Cahiers du Patrimoine de l’Ouest Varois n°14


  • Les frères Maristes (1852-1903)

    Les Frères maristes des écoles, ou Petits Frères de Marie, ou Maristes de Champagnat*, forment une congrégation laïque masculine de droit pontifical depuis 1836.

    *Marcellin Champagnat est un séminariste de Lyon, tout comme Jean-Claude Courveille et Jean-Claude Colin, chargé par eux de créer cette fondation. (Il prononcera sa consécration religieuse comme Père Mariste Le 24 septembre 1836).

    Une salle d’asile existait déjà dans cette rue de la Miséricorde :

    Le 11 août 1844 en conseil municipal il est demandé d’établir un devis pour la construction de la salle d’asile et de son ameublement et sont proposées comme surveillante l’institutrice dame Tauron Anne Marie Hypolite Vve de Blaise Francin, 46 ans, et comme femme de service demoiselle Ricaud Thérèse Joséphine 27 ans. La salle d’asile doit être établie rue Miséricorde au rdc de la maison communale au 1er étage de laquelle se trouve actuellement l’école supérieure.

    Le 22 décembre 1845 s’est ouvert la première école maternelle à La Seyne dite “salle d’asile” rue de la miséricorde (suite à l’ordonnance royale du 22 décembre 1837 accordant aux asiles le statut de maisons d’éducations au lieu de simples refuges de la petite enfance). Dame Tauron l’institutrice est la surveillante (600 f/an + 100 f comme indemnités de logement, la femme de charge 400 f). A partir de novembre 1855 le Dr Clément Daniel* a pour mission, alternativement avec un confrère, de visiter un mois sur deux la salle d’asile (maternelle), rue de la Miséricorde (rue d’Alsace) pour : « y surveiller la propreté et l’état de la santé des enfants, y reconnaître si aucun d’eux n’est atteint de maladie contagieuse comme gale, teigne ou dartres et surtout s’ils n’ont pas de poux. » 

    En 1844 le maire Boniface Picon (de 1841-1845) avait proposé au vote du conseil d’appeler en renfort quatre frères de la congrégation de Ste Marie de Lyon : refusé à une voix près (11 février 1844). (Le 9 juillet 1843 tous les membres du conseil municipal avaient juré fidélité au roi des français, obéissance à la charte constitutionnelle et aux lois du Royaume).

    Dès 1846, le R.P. Epalle, Mariste de la Maison des missionnaires (ex Capucinière*) demande sans succès une autorisation pour ouvrir une école à La seyne. 

    En 1852, une nouvelle requête est faite au supérieur général des petits frères de Marie, appuyée par le maire de la ville, Antoine Léonard Barry, et par le R.P. Eymard supérieur du nouveau collège des Maristes. (La seyne aurait eu pendant la restauration une école communale dirigée par des frères des écoles chrétiennes, une ancienne congrégation laïque masculine).

    Quatre frères furent envoyés et une école s’ouvrit, attenante à l’église paroissiale, en novembre 1852.

    En 1854, six frères professeurs Instruisaient 309 enfants, répartis en cinq classes dans cette école communale gratuite. Le frère Urbain Directeur de 1852 à 1860 étant décédé, il fut remplacé par le frère Onésiphore de 1860 à 1872.

    En 1865, sous le second empire il y avait donc 13 frères Maristes pour huit classes et 531 élèves (et trois études payantes), malgré la très forte hostilité ambiante sous la municipalité de Bernard Lacroix, les suspicions, calomnies et persécutions dont ils faisaient l’objet et malgré le soutien de  Noël Verlaque, l’ingénieur en chef des forges et chantiers de la Méditerranée et membre du conseil général du Var.

    À partir de 1872, c’est le frère Xénophon qui remplace le frère Onésiphore.

    Le 2 novembre 1873, Marius Giran étant maire, le conseil d’État annule la décision prise par le conseil municipal de supprimer l’école congréganiste, décision jugée illégale, il est donc voté un budget de 3600 Fr. pour les instituteurs de l’école municipale de garçons. 

    le 20 novembre 1873, le conseil municipal, mis en demeure de voter le crédit nécessaire pour le traitement du directeur et des adjoints de l’école communale congréganiste, confirme l’allocation de 3600 Fr. pour l’année 1874… 

    Parallèlement, le 28 décembre 1873, on supprime le traitement des vicaires, et on réduit l’allocation pour le logement de Monsieur le curé de la paroisse de la Seyne…

     Le 8 février 1874, le conseil municipal est dissous. Le maire est révoqué, selon lui « à cause de ce qui se passe dans notre malheureux pays » qui amorce un virage à droite avec les nouvelles mesures « d’ordre moral » prises par le président Mac Mahon. L’école congréganiste est maintenue, le conseil municipal remercie Marius Giran pour son zèle, son dévouement et son intelligence, on décide « qu’il a bien mérité du pays ».

    Le 21 février 1874, c’est l’élection du maire et de ses adjoints :  Louis Paul, Marius, Estienne devient maire. Parmi les adjoints Il y a toujours Léonce Rimbaud* et Cyrus Hugues* ainsi que maintenant Marius Giran.

    1876 les membres du conseil refusent de renouveler les baux des deux maisons “passés à leur insudont l’existence leur parait inconnue, arbitrairement autorisés par Monsieur le préfet“. (22 et 23 avril 1876), Mme Vve Cottet et M. Nicolas étant les propriétaires, obligés de recourir au conseil d’état.

    1876, l’hostilité est croissante entre la municipalité et les frères à qui sont reprochés le bruit des élèves, les cours de musique payants, le refus de rendre compte du fonctionnement de l’école et l’insoumission de M. le directeur dont on demande la suspension. (18 juin 1876). Demande faite aux frères de remettre le local dans son état primitif conforme au plan des archives (1 septembre 1876). Demande de faire rembourser à la commune par l’ex Maire L. Marrot la somme de 2253,42 f irrégulièrement dépensée pendant sa gestion (1 août 1876).

    Le frère Néophyte prend la direction de l’école, puis le frère Zoël. Plus de profs, plus d’élèves, 435 en classes de jour et jusqu’à 220 en études ! Mais d’autres difficultés et obstacles les attendaient …

    10 octobre 1877 les propriétaires des appartements occupés par l’école congréganiste (Mme Vve Cottet et M. Nicolas) réclament de la ville et obtiennent leurs 18 mois de loyer.

    le 1er juin 1878 les frères Maristes se virent contraints d’abandonner cette école communale.

    En septembre 1878  les frères Maristes ouvrent un établissement libre dans la rue de la Miséricorde, la future école Ste Thérèse*. 

    Dès 1879, 150 élèves sont inscrits à la fois aux classes et aux études devenues obligatoires et payantes. Ils sont toujours en butte aux tracasseries de la municipalité régnante. En parcourant les registres des délibérations municipales de ces années, on mesure combien le financement de l’instruction primaire est une préoccupation majeure, et combien c’est un enjeu politique et idéologique (d’où les fermetures temporaires imposées par exemple ). Louis Baudoin dans son opuscule sur les établissements Maristes déplore sans le nommer l’antagonisme de Cyrus Hugues, alors « aux affaires ». (c’est vrai que monsieur le maire était aussi franc-maçon). S’en suivit un fléchissement de l’activité de cette école dans les années 1880 avec des problèmes comptables. 

    Plus tard l’école “Grimaud”du nom de la directrice, 12 rue d’ Alsace, et ensuite l’école libre de jeunes filles dirigée par Mme Riquier, née Mouche au n°6.

    12 rue d’Alsace

    Voir L’histoire de l’école Ste Thérèse

    L’établissement des frères Maristes de la rue de la Miséricorde fermera ses portes en 1882.

    1882 : le frère Marie-Urbain étant directeur, l’école libre s’installe alors dans une maison récente louée au curé Raymondis, à 600 m du collège des Pères Maristes, au début de cette avenue Fleury devenue dès 1870 (à la proclamation  de la République lors de la chute du second empire) le Bd du quatre septembre 1870. De 1886 à 1888 on y compte seulement 3 classes payantes, l’école laïque 10 puis 12 gratuites bien sûr. Les lois de 1901 et 1902 entrainent le départ des Frères Maristes en 1903, l’école devenant un établissement scolaire libre reconnu par l’état, préparant aux Arts et Métiers, à l’industrie et à la Marine.

    Après la guerre de 14, « grâce au dévouement, à l’abnégation des pédagogues chrétiens », l’école survivra jusqu’aux années 30. L’ancienne école des Frères, propriété du diocèse de Fréjus, abritera le Secours Catholique, le Centre de Jeunesse, ainsi que des logements pour les membres du clergé paroissial, avant d’être vendue…

    Sources

    Louis Baudoin: Les établissements « Maristes » à La Seyne-sur-Mer (Var) 1963

    Registres de délibération du Conseil municipal de La Seyne sur mer (Archives municipales)

    PdP pour 3aism.fr et laseyneen1900.fr


  • L’empoisonnement (1872)

    En ces temps où les pères Maristes (les communautés religieuses, l’Eglise catholique et la religion en général) n’étaient pas vraiment « en odeur de sainteté » au sens laïc du terme, ceux-ci furent victimes d’une tentative d’empoisonnement racontée Urbi et Orbi, à la fois de l’intérieur par la revue « Entre nous » et aussi par la presse locale, Le Toulonnais en l’occurence : 

    LE TOULONNAIS Gazette de Provence

    19 Mars 1872 : Une effroyable nouvelle a plongé ce matin notre ville dans la consternation la plus profonde. Le bruit courait que plusieurs élèves du collège des maristes de la Seyne étaient morts empoisonnés.

    Il n’en était rien; les auteurs du crime ne s’étaient pas attaqués aux enfants, mais à leurs professeurs; aussi les familles doivent-elles être pleinement rassurées, car il n’y a pas un seul écolier à l’infirmerie.

    Les Pères, en revanche, ont été rudement éprouvés. L’eau qu’on leur a servi à table était, parait-il empoisonnée. Sur vingt-six de ces messieurs, seize sont encore alités et trois ou quatre d’entre eux courent, à ce qu’on nous dit, de graves dangers. Le poison aurait été versé dans les carafes par un domestique qui est actuellement en état d’arrestation. Nous espérons, pour l’honneur des divers partis qui ont des adhérents dans notre ville que la politique est étrangère à ce crime odieux; il nous serait pénible de croire que des gens, fussent-ils même convaincus, eussent l’intention d’affirmer leurs doctrines par le meurtre et par l’assassinat.

    Nous écrivons ces lignes à la hâte, car nous nous rendons immédiatement à la Seyne pour prendre des nouvelles de ces honorables prêtres qu’un infâme attentat a choisis pour victimes. Nous donnerons demain de longs détails sur l’état dans lequel ils se trouvent; mais nous ne saurions trop flétrir, en attendant, l’abjecte conduite des gens qui combattent une doctrine quelconque par la strychnine ou par l’arsenic !

    Tous présentaient les mêmes symptômes : violents maux de tête, crampes d’estomac, nausées, vomissements, fièvre brûlante, etc.

    ENTRE NOUS

    « Dans la soirée du 18 mars, le Père Mahéraux se sentit indisposé et se coucha sans pouvoir prendre la légère collation du soir. Le lendemain 18, la fête de Saint Joseph fut célébrée, selon l’usage, avec une grande solennité. Dans la matinée, plusieurs autres Pères commencèrent à sentir une grosse fatigue; l’un se mit au lit avant la grand-messe de dix heures. Le père Supérieur, qui avait fait tous ses efforts pour dominer le mal et assister au Saint-Sacrifice, fut obligé de sortir avant la fin …  A la fin du jour, plusieurs autres étaient atteints et, pendant la nuit du 19 au 20, il fallut veiller et soigner une dizaine de malades. Enfin dans la journée du 20, trois Pères s’alitent encore, ce qui porte à treize le nombre des Pères qui doivent garder le lit plus ou moins longtemps. Le lendemain, sur 29 pères qui se trouvaient alors dans la maison, vingt-cinq étaient atteint plus ou moins gravement et quatre seulement indemnes ».

    LE TOULONNAIS

    Ces empoisonnements ne pouvaient être attribués ni aux ustensiles ni aux préparations de la cuisine, car les religieuses, les élèves, les domestiques n’éprouvaient ni malaise, ni indisposition. La cause devait être cherchée dans le réfectoire des Pères. Une observation frappa alors tous les esprits : les Pères les plus gravement atteints avaient bu une quantité d’eau notable, tandis qu’au contraire les quatre qui n’éprouvaient aucune fatigue n’avaient jamais bu d’eau de leur vie* ! On fut ainsi conduit à penser que quelqu’un avait bien pu dans cette journée du 18, glisser quelque substance toxique dans les carafes des Pères. La chose était d’autant plus facile qu’elles restent constamment exposées à tout venant sur une table de service.

    De plus, ce même jour, deux garçons bouchers avaient travaillé dans la maison; après leur travail, on leur servit quelques rafraîchissements dans le réfectoire des Pères et ils prirent de l’eau dans une des carafes qui s’y trouvaient. Le lendemain, ces deux jeunes gens étaient atteints, comme les Pères du collège et l’un d’eux était même dans un état qui inspirait des inquiétudes. 

    *ENTRE NOUS : On peut penser qu’ils n’avaient bu que du vin. A cette époque, les pensionnaires buvaient du vin “coupé d’eau à cinq degré, qu’il était ” recommandé ” d’additionner d’eau. (Extrait du Règlement) 

    LE TOULONNAIS

    Voici les renseignements complémentaires que nous avons pu nous procurer au sujet de la tentative d’assassinat commise sur les Maristes de La Seyne. Ils confirment pleinement ceux que nous avons donnés dans notre numéro d’hier.

    Treize de ces messieurs sur seize sont en convalescence. Ils se trouvent encore dans cet état de lassitude qui suit toujours les secousses violentes, mais du moins sont-ils hors de danger. Trois des victimes sont encore obligées de garder le lit : ce sont MM. le supérieur, l’économe et le professeur de seconde.

    Ce dernier aurait été averti, parait-il, par son voisin de table que l’eau de la carafe était trouble. « Bah ! répondit-il en souriant, elle ne me fera pas plus de mal pour cela ! » Il a du, quelques heures après, être cruellement détrompé. Mais la position de ces trois messieurs, nous nous hâtons de le dire, ne présente rien de grave ni d’inquiétant, et le jour est proche où ils seront complètement rendus à la santé.

    Quant à l’auteur supposé du crime, on comprendra que nous ne parlions de lui qu’avec une extrême réserve, car un prévenu doit être considéré comme innocent, tant que la justice n’a pas examiné les charges qui pèsent sur lui.

    On prétend que dans son interrogatoire il a fait des réponses qui se contredisent; on assure que, prévenu de l’indisposition de plusieurs pères maristes, il aurait dit :

    ” Allez, il y aura beaucoup plus de malades demain “ Mais ce sont là des bruits que nous enregistrons uniquement pour nous faire l’écho de la rumeur publique et sans en prendre le moins du monde la responsabilité…

    « Dès le principe, les soupçons se portèrent sur un domestique qui se trouvait dans la maison depuis 18 mois et qu’on gardait par pitié après un premier renvoi; il s’était signalé en ville et dans le collège par des discours impies et révolutionnaires, et même par des menaces proférées contre les Pères. Ce malheureux, nommé Joseph Devenez, confirma bientôt lui-même ces soupçons par l’attitude qu’il prit dans la journée du 20 : il se mit au lit, se dit malade aussi et cependant le médecin ne put découvrir en lui aucun indice du mal qu’il prétendait éprouver. Son renvoi définitif et immédiat fut donc décidé et, dans l’après-midi de ce même jour, le P. Simon alla le lui signifier au nom du Père économe retenu dans son lit par la souffrance. S’il fut resté quelque doute à son sujet, la contenance timide et embarrassée avec laquelle l’inculpé reçut cette nouvelle, eut suffi à transformer ce doute en une certitude.”. (Père Bouvet)…

    ENTRE NOUS

    “Il s’appelle Joseph Devenez et est âgé de cinquante ans. Il était domestique au collège de La Seyne où il avait été accueilli par charité. 

    Déjà la police de La Seyne avait les yeux ouverts sur ce domestique qui lui était signalé depuis plus d’un mois et qui était en rapport avec les révolutionnaires et les sociétés secrètes du pays. le parquet de Toulon ordonna son arrestation qui eut lieu le jeudi 21 mars à 7h du matin. Le premier interrogatoire, fait au collège même en présence de quelques prêtres, révéla plusieurs faits à la charge de l’accusé. Lui- même tomba dans les contradictions les plus manifestes, cherchant à expliquer de mille manières l’empoisonnement qui avait eu lieu, et ne réussit qu’à convaincre de sa culpabilité le juge d’instruction et le procureur de la République. C’est l’impression que nous ont donnée ces Messieurs à l’issue de l’interrogatoire”.  

    LE TOULONNAIS

    Quel que soit le coupable, il est certain qu’il y a eu tentative d’empoisonnement, car l’analyse chimique a fait découvrir, soit dans les breuvages absorbés par les malades, soit dans les déjections rejetées par eux, une substance toxique dont nous ignorons le nom, mais qu’on nous affirme avoir un effet irritant très énergique. L’avis de tous les hommes de l’art et notamment, nous dit-on, de M. le docteur Prat*, qui a soigné les Pères, est qu’il n’y a pas de doute possible sur une intention criminelle que le hasard seul a empêché de réussir.

    Nous tiendrons nos lecteurs au courant de cette affaire, à mesure que de nouveaux détails parviendront à notre connaissance.

    L’instruction en sera probablement rapide, car M. le procureur de la République a passé la journée d’hier à La Seyne, et les pièces de conviction doivent être parvenues ce matin au parquet.

    Ce que nous constatons en tout cas, avec bonheur, c’est qu’il y aura eu plus de peur que de mal, et que nous n’aurons aucun malheur sérieux à déplorer.

    M. le supérieur des Maristes est hors de danger et peut vaquer à ses occupations. Les trois Pères qui gardent encore le lit sont MM. Michel, professeur de seconde, Terrasse et Mahereaux. L’état des autres est beaucoup meilleur; une consultation à laquelle ont pris part MM. Roux, directeur du service de santé; Barallier, médecin en chef; Queil, médecin principal de la marine; Daniel (probablement Prosper Daniel* ) et Prat, médecins de La Seyne, a abouti aux conclusions les plus satisfaisantes.

    Puisque nous revenons encore sur cette douloureuse affaire, profitons-en pour relever une nouvelle calomnie du Progrès du Var. A l’en croire, nous aurions accusé le parti communard de cette tentative d’assassinat.

    Rien de plus mensonger que cette assertion; nous avons dit au contraire que nous espérions, pour l’honneur des partis, que la politique était étrangère à l’évènement. Nous conservons encore cette conviction, et ne tirons aucune induction en sens contraire du grand nombre d’exemplaires du Progrès qu’on a trouvés dans la chambre de l’accusé, car nous voulons donner à notre confrère une leçon de loyauté dont il a grand besoin.

    ENTRE NOUS

    « On a négligé de faire des analyses chimiques pour déterminer la nature du poison. Une telle négligence est vraiment inexcusable de la part du docteur chargé de soigner les malades. L’expert désigné n’a pas pu constater d’une manière certaine la nature de la substance employée. Tout porte à croire que, dans le cas présent, l’agent toxique a été le tartre stibié ou tartrate de potasse et d’antimoine. C’est du moins l’opinion du docteur Prat.»

    LE TOULONNAIS

    Nous recevons la lettre suivante que nous insérons avec empressement, tout en maintenant l’exactitude de la plus grande partie de nos informations, que nous avons puisées à une excellente source :

    La Seyne, le 23 mars 1874.

    Monsieur le rédacteur,

    On me communique à l’instant un article de votre journal, dans lequel vous rendez un compte complémentaire de ce qui vient de se passer au sein du collège des PP. maristes.

    Mon nom figurant dans cet article comme médecin ayant donné mes soins aux professeurs de cette institution, qui se sont trouvés frappés, mon devoir est de vous adresser à la hâte ces quelques lignes, pour vous prier de vouloir bien rectifier dans votre plus prochain numéro, les erreurs qui ont été fournies par votre correspondant.

    Je me résume :

    1° : Les propos tenus par un Père mariste, au sujet de l’eau trouble d’une certaine carafe sont de pure invention.

    2° : Parmi les malades encore obligés de garder le lit ne figurent, ni le Père supérieur, ni le Père économe.

    3° : Les paroles attribuées au prévenu : « allez il y aura beaucoup plus de malades demain » n’ont pas été proférées; personne ne les a entendues.

    4° : L’analyse chimique n’est point terminée. Elle n’a donc pu faire reconnaitre dans les déjections alvines ou dans les matières des vomissements la substance irritante qui a provoqué les accidents toxiques observés chez la plupart des Pères auxquels nous avons donné et donnons encore nos soins aujourd’hui.

    5° : Les hommes de l’art et notamment le docteur Prat n’ont pas pu également se prononcer sur la question criminelle, qui est entièrement dans les attributions de la justice, seule compétente pour se prononcer, après instruction de l’affaire, sur ce côté de la question.

    Notre rôle n’est ici, en effet, que celui de médecins légistes et consiste essentiellement, comme dans tous les cas analogues, a éclairer les magistrats dans la nature des accidents observés pendant la maladie, et celle de l’agent ou des agents qui ont déterminé ces accidents.

    Veuillez agréer, monsieur le Rédacteur, avec mes remerciements empressés l’assurance de ma parfaite considération.

      PRAT. 

    LE TOULONNAIS

    CHRONIQUE LOCALE

    Il résulte des nouvelles informations que nous avons prises sur le bruit qui a couru de la tentative d’empoisonnement sur les Pères Maristes du collège de la Seyne, les renseignements suivants :

    Sur onze des Pères qui ont été malades, sept sont aujourd’hui complètement rétablis et quatre en pleine convalescence.

    Il résulte de l’avis de la science que la présence de l’antimoine trouvé dans les déjections de l’un des Pères à qui, le 19, on avait administré de l’émétique serait le produit de cet émétique même.

    Malgré cela, l’analyse continue son cours pour savoir si oui ou non il y a eu tentative d’empoisonnement.

    Quand la science aura dit son dernier mot nous en préviendrons nos lecteurs.

    Nous nous croyons obligé cependant de leur annoncer que, d’après un bruit généralement répandu, l’accusé serait entré dans la voie des aveux.

    ENTRE NOUS

    « Depuis, l’instruction de l’affaire s’est poursuivie à Toulon. Que s’est-il passé ? On l’ignore, la justice s’étant constamment entourée du secret le plus absolu. Mais le prévenu a été rendu à la liberté le 16 avril. Peut-être est-il heureux que cette malheureuse affaire se soit terminée ainsi, car si elle eut été portée devant les tribunaux, les débats publics ou même une condamnation eussent bien pu exciter encore contre notre maison la haine des méchants. »

    Le mot de la fin de cette histoire revient aux pères Maristes :

    le 29, le R.P. Supérieur Général venait nous surprendre par son arrivée inattendue; ce bon et vénéré Père avait voulu être au milieu de ses enfants éprouvés afin de les consoler, de les encourager, de les fortifier par sa présence. Comment exprimer la joie, les épanchements de cette première entrevue, où toute la famille réunie autour de son père bien aimé lui témoignait son bonheur et sa reconnaissance de pouvoir le posséder pendant quelques jours. C’est surtout après ces moments d’épreuves, lorsqu’on goutte les consolations de frères pieux et dévoués, qu’on est heureux d’appartenir à une Société qui veille sur ces enfants avec une tendresse toute maternelle. 

    Comme ll est bien et combien agréable de vivre fraternellement (répertoire grégorien)

    Sources

    ENTRE NOUS (revue interne I.S.M)

    Le TOULONNAIS (Presse locale 1835-1873)


  • Le scoutisme à l’Institution Ste Marie

    Les ancien·ne·s scout·e·s restent engagé·e·s selon la devise «Scout un jour, scout toujours» et lié·e·s au scoutisme grâce aux Silver Scouts”.

    profil-scoutisme.fr, traduction non disponible

    Scout toujours…

    IMG_3367color
    IMG_4405-color
    IMG_4404color
    IMG_3367color IMG_4405-color IMG_4404color

    Le scoutisme est mis en place au collège par le Père Guichard, préfet de 1ère Division de 1921 à 1925, qui sera l’aumônier de la troupe. Ce groupe semble prendre un essor rapide, puisque qu’à la veille de la guerre, le collège compte 6 patrouilles durant l’année et 4 en période estivale. Les scouts s’occupent du patronage paroissial pour les plus grands. Ils préparent activement leurs grandes sorties, une par mois jusqu’en 1930, puis deux. Le concours inter-patrouilles, les rallyes les amènent à Six-Fours, au Brusc…Pour les vacances de Pâques, un camp les réunit pour une semaine, dans la région, l’été le camp dure trois semaines et conduit les scouts dans d’autres régions ( Auvergne, Dauphiné ) et la Belgique.”

    Les Maristes de la Seyne, le collège des R.R.P.P.maristes durant son premier siècle (Lionel Roos-Jourdan)

    Les scouts Maristes à Mar-Vivo

    IMG_4408scout
    IMG_4401Color
    IMG_3540Acolor
    IMG_3544Acolor
    IMG_4408scout IMG_4401Color IMG_3540Acolor IMG_3544Acolor

    Sources

    Toutes les photos proviennent des archives de l’I.S.M

    Les Maristes de la Seyne, le collège des R.R.P.P.maristes durant son premier siècle (Lionel Roos-Jourdan)

    PdP pour 3aism.fr et laseyneen1900.fr